La Fondation Maeght,
Saint-Paul-de-Vence

Folio PDF Sp@ce

La fondation Marguerite et Aimé Maeght est une fondation privée dédiée à l’art moderne et l’art contemporain située à Saint-Paul-de-Vence. Inaugurée en 1964 par André Malraux, alors ministre des affaires culturelles, la fondation est un ensemble architectural unique, conçu pour présenter l’art moderne et contemporain sous toutes ses formes. L’édifice a été labellisé Patrimoine du XXe siècle par le Ministère de la Culture. 

Localiser

Agrandir


Ouvrir le fichier du bâtiment en 3D pour le visionner dans l’outil Google earth si ce dernier est installé sur votre matériel

Aimé Maeght

Le nom d’Aimé Maeght est bien sûr associé à la fondation qui porte son nom à Saint-Paul-de-Vence. Cependant Aimé Maeght, bien avant la création de la fondation, fut également un galeriste et marchand d’art, l’un des plus importants de l’après-guerre.

Aimé Maeght est né en 1906 à Hazebrouck, près de Lille. Après le décès de son père durant la première guerre mondiale, il part s’installer avec le reste de sa famille dans le Gard. Il s'intéresse aux Beaux-Arts et aux métiers de l'imprimerie. En 1926, il part s’installer à Cannes où il rencontre Marguerite Devaye qu’il épouse en 1928. En 1932 il ouvre l’imprimerie Arte à Cannes, qui deviendra rapidement une galerie, et se lie d’amitié avec Pierre Bonnard, pour qui il réalise une lithographie. Sous l’Occupation, de nombreux artistes et collectionneurs se réfugient sur la Côte d’Azur, si bien que le marché de l’art se développe de manière importante, avec notamment l’installation de marchands d’art et galeristes parisiens. Aimé Maeght oriente alors ses activités vers la vente de tableaux. Parmi les gens de la profession, il fait notamment la connaissance de Jean Moulin, dont la galerie masque ses activités de résistant. En  1943, lorsque celui-ci est arrêté par la Gestapo, Aimé et Marguerite sont contraints de se réfugier dans l’arrière pays à Vence, où vit alors Henri Matisse, qui devient leur ami.

A la Libération, avec le soutien de Bonnard et Matisse, Aimé quitte Cannes et crée une galerie à Paris. Il y organise des expositions autour des grands artistes modernes de son temps. La galerie devient en quelques années un des lieux majeurs de l'art contemporain avec des expositions sur le Surréalisme (Duchamp, Breton) en 1947, puis des œuvres de Miro, Bram van Velde, Chagall, Calder, Ubac, Kandinsky, Giacometti... En 1959, Aimé Maeght crée ses propres ateliers de lithographie qui produisent des œuvres des peintres qu'il expose.

La création de la Fondation 

 

La Fondation Maeght est avant tout une histoire de famille et d’amitié. Au début des années 1950, les Maeght achètent une propriété à Saint Paul de Vence.  Ils la baptisent le Mas Bernard, du nom de leur plus jeune fils décédé en 1953, à peine âgé de 11 ans. Les Maeght sont profondément affectés par ce drame. Georges Braque et Fernand Léger, amis de la famille, les incitent alors à entreprendre un projet qui pourra les aider à aller de l’avant et dépasser leur peine : la création d’un lieu où ils pourraient exposer leurs œuvres. Les Maeght venaient d’effectuer un voyage aux Etats-Unis, lors duquel ils avaient visité les fondations d’art comme Guggenheim, Barnes ou Phillips. L’idée de créer un endroit dédié à l’art, qui ne ressemblerait pas à un musée conventionnel, mais conçu comme un espace ouvert aux artistes, où ils pourraient travailler et échanger et où les Maeght pourraient également rassembler et exposer leur collection commence alors à voir le jour. En 1960 la construction de la Fondation est décidée, et le premier coup de pioche est donné en septembre de la même année. Aimé et Marguerite Maeght financèrent entièrement et de manière autonome le chantier. Le projet était ambitieux, jamais un musée ou une fondation d’art n’avait été créé sur une initiative privée, sans aide, ni subventions de l’Etat, qui plus est, dans un village de l’arrière-pays niçois. La Fondation, première du genre, reçut par décret une reconnaissance d’utilité publique. Le 28 juillet 1964, elle est inaugurée par André Malraux, alors ministre chargé des Affaires Culturelles qui déclarera lors de son discours : 

« Ici est tenté quelque chose qui n'a jamais été tenté : créer un univers dans lequel l'art moderne pourrait trouver à la fois sa place et l'arrière-monde qui s'est appelé, autrefois, le surnaturel »

Le projet architectural 

La conception architecturale est confiée à Josep Lluis Sert, architecte catalan, ami de Juan Miró, qui avait alors réalisé pour l’artiste son atelier à Cala Major.  L’architecte arriva à donner une dimension à la fois humaine et résolument contemporaine à ce lieu. En mélangeant  des matériaux traditionnels comme la brique, la pierre ou la terre cuite au béton brut, l’architecte inscrira le bâtiment dans une forme d’intemporalité. Il conçoit un ensemble architectural à l’image d’un centre de vie, totalement intégré à son environnement naturel, où communiquent espaces intérieurs et extérieurs. Tour à tour se succèdent les espaces vides des patios, jardins extérieurs et bassins d’eau qui s’articulent avec les volumes pleins des salles d’exposition. La Fondation sera l’un des premiers bâtiments en France à être qualifiés HQE (Haute Qualité Environnementale). Elle fut en effet pensée comme un bâtiment intelligent dans lequel la lumière, la ventilation naturelle, l’eau avec fontaines et bassins, mais aussi l’ombre naturelle dialoguent avec l’ensemble des éléments architectoniques représentatifs du mouvement Moderne. Sur le toit de la salle polyvalente, dite salle de la Mairie, deux grands impluviums en forme de demi-cylindre recueillent l’eau de pluie pour la redistribuer dans les bassins et fontaines. Ils sont désormais les symboles de la Fondation.

Josep Lluis Sert dessinera également une maison à proximité de la Fondation pour la famille Maeght. Devenue depuis la bibliothèque de la Fondation, elle réunit aujourd’hui près de 30 000 volumes sur l’art moderne et contemporain. 

Les œuvres in situ

Avec la collaboration de nombreux artistes Josep Lluis Sert aménage des espaces où ils peuvent s’exprimer librement et réaliser des œuvres in situ. Chaque artiste s’appropriera un espace de la future fondation.

Alberto Giacometti investira la cour centrale et y installera ses sculptures, la cour prend alors le nom de Cour Giacometti ; Juan Miro réalisera un labyrinthe composé de sculptures et de céramiques. Conçu comme un dédale, dont la visite peut s’effectuer dans n’importe quel sens, le labyrinthe est un jardin extraordinaire qui invite à entrer dans l’univers de l’artiste ; Chagall peindra pour le lieu une toile monumentale « La Vie » ; Braque décorera le bassin extérieur et réalisera un vitrail dans la chapelle Saint Bernard[1], Fernand Léger fournira un bas-relief…

[1]Lors de l’acquisition du terrain la famille Maeght découvre une chapelle en ruines. Ils décidèrent de la rebâtir.  Signe du destin, cette chapelle aurait été dédiée à saint Bernard.

La Fondation Maeght aujourd'hui

Aujourd’hui la Fondation Maeght détient l’une des plus importantes collections d’art du XXe siècle. La Fondation est dédiée, selon la volonté de ses fondateurs, à l’art et la création de notre époque.

Outre l’organisation d’expositions qui, dans les premières années de création de la Fondation, dresse un bilan assez large de l’art de l’époque, les Maeght en collaboration avec le premier directeur François Wehrlin, vont organiser dès 1965 des soirées musicales qui seront parmi les plus prisées sur la Côte d’Azur ; on y verra également les ballets de Merce Cunningham.

Depuis son ouverture elle a présenté près d’une centaine d’expositions monographiques ou thématiques, parmi lesquelles celles consacrées à Max Ernst, Francis Bacon, Lucian Freud ou encore Germaine Richier. A partir de ses collections, de nombreuses expositions sont également organisées dans les musées en France ou à l’étranger. 

Liens et bibliographie

-       La Fondation Marguerite et Aimé Maeght : l’art et la vie, Yoyo Maeght, Gallimard, Paris, 2010
-       Maeght : l’aventure de l’art vivant, Yoyo Maeght, Isabelle Maeght, Franck Maubert, La Martinière, Paris, 2006

Renseignements pratiques 

623, chemin des Gardettes
06570 Saint-Paul-de-Vence, France
Tél. : +33 (0)4 93 32 81 63
Fax : +33 (0)4 93 32 53 22
accueil@fondation-maeght.com

Horaires:

Ouvert tous les jours, sans exception :
Octobre-Juin : 10h-18h
Juillet-Septembre: 10h-19h
La billetterie ferme 30 minutes avant l'horaire de fermeture
Fermeture à 16h00 les 24 et 31 décembre

Tarifs :

Adultes: 15 €
Groupes (+ de 10 personnes), étudiants et moins de 18 ans : 10€
Enfants moins de 10 ans : gratuit
Droit de photographier et de filmer : 5 €
Entre deux expositions temporaires, certaines salles peuvent être fermées au public. Le tarif est réduit en conséquence