Parcours les risques naturels dans les Alpes-Maritimes

PDF Sp@ce

Localiser

Agrandir
Switch Google Earth

Présentation

Un risque naturel implique l'exposition des populations et de leurs infrastructures à un évènement catastrophique d'origine naturelle. C'est une rencontre entre un aléa qui est un phénomène naturel dangereux et des enjeux humains, économiques ou environnementaux.

En France métropolitaine on distingue 5 risques naturels:

  • mouvement de terrain
  • séisme
  • inondation
  • avalanche
  • feux de forêt

Pour avoir une idée de la place des risques naturels dans les Alpes-Maritimes on peut se référer à la carte suivante : (source : http://infoterre.brgm.fr/rapports/RP-50186-FR.pdf)

© BRGM © CG 06

Carte des risques naturels dans les Alpes-Maritimes.

Le risque mouvement de terrain

C’est un phénomène naturel qui a des origines très diverses. Les mouvements de terrain sont à l’origine de 800 à 1000 morts par an à travers le monde et engendrent des préjudices économiques importants.

Ils regroupent un ensemble de déplacements, plus ou moins brutaux, du sol ou du sous-sol, d’origine naturelle ou anthropique.

  • les affaissements et les effondrements de cavités.
  • les chutes de pierre et éboulements.
  • les glissements de terrain.
  • les avancées de dunes.
  • les modifications des berges de cours d’eau et du littoral.
  • les tassements de terrain provoqués par les alternances de sécheresse et de réhydratation des sols.

Ils peuvent être regroupés en deux grandes catégories, à savoir les processus lents et continus (tels que les affaissements, tassements…), et les événements plus rapides et discontinus (les effondrements, les éboulements, les chutes de pierres, etc.).

Mouvement de terrain dans les Alpes-Maritimes : La Clapière.

Le glissement de terrain de la Clapière, Saint-Etienne-de-Tinée

Le glissement de terrain de la Clapière est situé au sein du Parc National du Mercantour, à proximité de la frontière italienne, sur la commune de Saint-Etienne-de-Tinée, dans les Alpes-Maritimes, à 80 km au nord de Nice, et à 1 km en aval du village

Ce glissement est le plus grand d’Europe et est particulièrement surveillé par le CETE d’Aix en Provence (Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement).

Les premiers indices d’activités visibles dans le paysage sont apparus depuis le milieu du XXe siècle mais ce glissement de terrain serait actif en profondeur depuis près de 10000 ans.

Le risque séisme

© Graphies / Fotolia © CG 06

Shéma du foyer d'un séisme

Un séisme correspond à une rupture brutale des roches de la lithosphère (couche superficielle de la Terre) le long d’une faille.

Il se traduit en surface par des vibrations du sol d’ou le nom souvent employé de tremblement de terre.

Les séismes sont des phénomènes extrêmement fréquents et la violence d’un séisme se caractérise par deux paramètres : sa magnitude (mesure de l’énergie libérée) et son intensité (mesure les effets et dommages en un lieu donné).

Depuis le 22 octobre 2010, la France dispose d’un nouveau zonage sismique :

Zonage sismique de la France (entrée en vigueur le 1er mai 2011)

Zonage sismique de la France d’après l’annexe des articles R563-1 à R563-8 du Code de l’Environnement modifiés par les Décret no 2010-1254 et no 2010-1255 du 22 octobre 2010 ainsi que par l’Arrêté du 22 octobre 2010.

© DGALN © ministère de l'Écologie et du Développement Durable © CG 06

Carte du zonage sismique de la France

Cette carte nous permet de constater que les Alpes-Maritimes sont dans une zone de sismicité qui va de faible à moyenne.

L’existence d’un risque sismique ici est due au fait que nous sommes dans une zone qui correspond à une frontière de plaques qui sépare l’Europe de l’Afrique.

Au cours de l’histoire, plusieurs séismes d’une intensité non négligeable ont eu lieu dans le département.

Un des plus célèbres reste celui de 1887.

Le tremblement de terre de 1887

Le 23 février 1887, au petit matin, en pleine période de carnaval, trois violentes secousses sèment la panique et la désolation dans toute la Ligurie et le pays niçois. C’est le plus violent tremblement de terre depuis le XVIe siècle.

Dans les Alpes-Maritimes, c’est la ville de Menton qui est la plus touchée. Le village de Castillon est « anéanti » et sera déplacé lors de sa reconstruction.

Le risque inondation

L’inondation est une submersion temporaire, par l’eau, de terres qui ne sont pas submergées en temps normal. Cette notion recouvre les inondations dues aux crues de rivières, des torrents de montagne et des cours d’eau intermittents méditerranéens ainsi que les inondations dues à la mer dans les zones côtières.

Dans le Monde, les inondations représentent plus de 50 % des catastrophes naturelles et causent en moyenne 20 000 morts par an.

© BRGL © CG 06

Carte des communes sont concernées par le risque d’inondation

Ce risque est particulièrement présent dans les Alpes-Maritimes puisque l’ensemble du département est soumis à des orages violents mais aussi à de longues périodes pluvieuses aux équinoxes.

Sur le littoral le risque d’inondation est d’autant plus important que les crues torrentielles débouchent sur des zones fortement urbanisées (source BRGM).

Comme le montre la carte suivante, un grand nombre de communes sont concernées par le risque d’inondation :

Une des crues les plus importantes ces dernières années a été celle du Var en 1994.

La crue du Var du 5 novembre 1994

Le Var, fleuve long de 135 kilomètres, naît près du col de la Cayolle à 1800 mètres d’altitude et reçoit quatre cours d’eau, l’Estéron, le Cians, la Vésubie et surtout la Tinée qui prend sa source à 2500 mètres avec une forte dénivelée sur son parcours de 75 kilomètres. Le Var se jette dans la Méditerranée en formant un delta alluvionnaire. 

Le 5 novembre 1994, une crue du Var causa des dégâts considérables dans la vallée et dans sa plaine inférieure.

Le risque avalanche

Une avalanche correspond à un déplacement rapide d’une masse de neige sur une pente, provoqué par une rupture du manteau neigeux.

En France environ 22 pratiquants de montagne sont victimes d’avalanche par an.

Du fait de la proximité de massifs montagneux, ce risque est présent dans le département.

Le risque feux de forêt

On parle d’incendie de forêt lorsque le feu concerne une surface minimale de 0,5 hectare d’un seul tenant, et qu’une partie au moins des étages arbustifs et/ou arborés (parties hautes) est détruite. 

Les Alpes Maritimes sont une des zones les plus touchées en France par ce phénomène. On a dénombré 85 départs de feu entre 2009 et 2013 avec une surface moyenne brûlée par an de 154 ha sur la même période (source PROMETHEE).

86 % des feux de forêt ont une origine anthropique.

Sources

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Qu-est-ce-que-le-risque-sismique.html

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-risque-mouvement-de-terrain.html

https://geoazur.oca.eu

http://www.planseisme.fr/Zonage-sismique-de-la-France.html

http://infoterre.brgm.fr/rapports/RP-50186-FR.pdf

http://www.risques.gouv.fr/risques-naturels/feux-de-foret

http://www.valleeduvar.fr/mini/images/ddrm06.pdf

http://www.promethee.com/default/bilan-tableaux