Le Musée Jean Cocteau,
collection Séverin Wunderman, Menton

Folio PDF Sp@ce

Le musée Jean Cocteau Collection Séverin Wunderman a été conçu par l’architecte Rudy Ricciotti pour la ville de Menton. Ouvert au public depuis novembre 2011, le musée présente sur près de 2700m², la plus importante collection publique consacrée à l’œuvre de Jean Cocteau. 

Localiser

Agrandir


Ouvrir le fichier du bâtiment en 3D pour le visionner dans l’outil Google earth si ce dernier est installé sur votre matériel

Aux origines du Musée : la donation Wunderman 

 

Homme d’affaires et grand amateur d’art, Séverin Wunderman commence à collectionner l’œuvre de Jean Cocteau au début des années 1950. Passionné par l’artiste protéiforme, il constitue et enrichit sa collection au fil des années et fonde en 1985 un premier musée dédié à Jean Cocteau à Irvine, en Californie.

En 2003, souhaitant voir revenir sa collection en France, Séverin Wunderman envisage dans un premier temps un dépôt de sa collection à la ville de Menton. Le choix du collectionneur se porte sur Menton en raison du lien privilégié que la ville entretient avec Jean Cocteau, dont elle fit son citoyen d’honneur après que celui-ci ait décoré la salle des Mariages de l’Hôtel de Ville (1956-1958), et réhabilité le bastion, petit fortin du XVIIe siècle inséré dans la jetée du vieux port, pour y déposer ses œuvres.

Après accord avec le député-maire de Menton, Jean-Claude Guibal, Séverin Wunderman fait finalement donation de sa collection à la ville, à condition que celle-ci construise un nouveau musée pour l’accueillir.

En 2005 et suite à la donation, la ville de Menton s’engage dans le projet de construction du nouveau musée soutenue par la Direction Régionale des Affaires Culturelles, le Conseil Général des Alpes-Maritimes et la Région Provence Alpes Cote d’Azur.

Après approbation de la commission scientifique régionale d’acquisitions pour les musées de France, les œuvres de la collection Wunderman sont inventoriées afin de rejoindre la collection historique du musée Jean Cocteau de Menton. Les deux collections ainsi réunies au sein du nouveau musée présentent près de 1190 œuvres de Jean Cocteau, devenant la plus importante ressource publique mondiale de l’œuvre du poète multidisciplinaire.

La collection Wunderman compte à elle seule près de 1800 œuvres dont 990 de Jean Cocteau. Elle comprend également des œuvres de grands maîtres de l’art moderne de l’entourage artistique de Jean Cocteau comme Picasso ou encore Modigliani ainsi qu’un fonds exceptionnel lié à Sarah Bernhardt, qui fut le premier monstre sacré de Jean Cocteau.

En 2011, dans le cadre de l’ouverture du musée, le photographe Lucien Clergue fait également don à la Ville de Menton d’un ensemble de 240 photographies originales liées à l’œuvre de Jean Cocteau, notamment réalisées lors du tournage de son dernier long-métrage « Le testament d’Orphée ». 

Le site d’implantation du musée 

 

Le site choisi pour l’implantation du musée fut l’un des rares terrains encore disponibles à Menton. L’emplacement est idéal ; face à la mer, au pied de la vieille ville et devant le marché couvert construit en 1898 et aujourd’hui classé comme patrimoine remarquable du XXe siècle. Ces éléments, même s’ils constituent un atout pour le nouveau musée, sont autant de paramètres et de contraintes différentes qu’il faut respecter drastiquement. Le musée doit s’inscrire dans cette trame urbaine existante et ne doit pas masquer visuellement l’accès vers la mer ni vers la vieille ville.

Retenu en 2008 à l’issue du concours international lancé par la Ville de Menton en 2007, le projet architectural de Rudy Ricciotti répond aux exigences du site sans nuire à l’originalité esthétique et architecturale du bâtiment. La première pierre est posée le 29 décembre 2008 lors d'une cérémonie à laquelle malheureusement Séverin Wunderman n'assiste pas, étant décédé quelques mois auparavant.

Le projet architectural 

 

Au sol, le musée se présente sous une forme triangulaire, légèrement tronquée sur l’un de ses trois angles. Celui-ci épouse parfaitement le terrain qu’il occupe. Une magnifique calade de 350 m² en forme de lézard réalisée d’après le dessin de Jean Cocteau forme le cœur du parvis du musée.

L’originalité du bâtiment vient du fait que celui-ci est construit de plain-pied. En effet, le musée se présente sur deux niveaux dont l’un en sous-sol. Sa faible hauteur laisse libre vue vers le front de mer et la vieille ville, assurant ainsi le tableau urbain existant.

Cette silhouette de béton blanc tranche de manière singulière avec l’architecture environnante de type ligure très colorée, s’édifiant sur la hauteur.

Sa façade dénuée de toute ornementation, ressemble à une épaisse carapace (45 cm d’épaisseur). Elle est découpée et percée de sa base jusqu’au-delà de son sommet par de profondes failles servant d’ouvertures murales au contour irrégulier, prenant la forme de flammes. Ces ouvertures apportent une lumière naturelle à l’intérieur du musée. L’avancée de toiture soutenue par l’enfilade de colonnes qui s’articule tout autour du bâtiment vitré joue le rôle de protection solaire. Sur l’entrée principale, l’avancée est plus importante, sur près de 5 m de long, elle constitue un  passage de transition entre l’extérieur et l’intérieur du musée.

Le parti pris architectural et surtout l’esthétique du noir et du blanc traduisent la rêverie, le mystère et la complexité propre aux œuvres de Jean Cocteau. 

Le parcours muséographique 

 

Intérieur et extérieur du musée communiquent au travers de grandes parois de verre fumé.  Les salles d’expositions aux cimaises modulables se devinent de l’extérieur dès l’entrée du musée.

Ces parois donnent au visiteur le sentiment d’être protégé à l’intérieur d’une immense bulle tout en répondant aux normes de conservation des œuvres de la collection, constituée en grande majorité d’œuvres sur papier particulièrement sensibles à une trop forte exposition à la lumière.

Le musée fut pensé comme un centre culturel, favorisant la libre circulation entre les différents espaces ; il propose aux visiteurs un espace d’exposition des collections permanentes sur deux niveaux,  un espace d’expositions temporaires, un atelier pédagogique de pratiques artistiques, un cabinet d’art graphique, un espace de ressources documentaires, un café et une librairie boutique.

Se structurant autour de 300 œuvres, le parcours muséographique s’organise en 7 séquences. Ces séquences permettent de dérouler chronologiquement la vie de Jean Cocteau, des années 1910 aux années 1950.  Toutes les périodes de son œuvre sont présentées, depuis les premiers autoportraits jusqu’à la période méditerranéenne. Le parcours muséographique se veut rythmé ; il est programmé de façon à mêler les différents médiums afin de traduire la richesse de l’œuvre de Jean Cocteau et sa nature protéiforme. Ces séquences s’articulent autour de grands ensembles d’œuvres eux-mêmes liés à des thématiques. Chacune d’elles propose une ambiance distincte, et invite le visiteur à transgresser le fil chronologique, en évitant toute forme de linéarité.

La visite se prolonge également à l’extérieur du musée qui s’insère dans un parcours autour de l’œuvre de Jean Coteau et de sa présence à Menton, avec la salle des mariages de l’Hôtel de Ville décorée par l’artiste dans les années 1950 et le Bastion dont l’aménagement fut conçu par Jean Cocteau entre 1958 et 1963. Y sont notamment présentés les célèbres « innamorati », les études pour la salle des mariages, ainsi que les poteries réalisées dans l’atelier Madeline-Jolly.

Avec le musée Jean Cocteau Collection Séverin Wunderman, la ville de Menton s’est dotée d’une structure muséale d’importance et incontournable des Alpes-Maritimes.

Cet édifice résolument contemporain, et désormais « iconique » pour la ville de Menton concrétise l’empreinte de Jean Cocteau sur Menton et plus largement sur l’ensemble du territoire azuréen.

Liens et bibliographie 

 

  • Musée Jean Cocteau : collection Séverin Wunderman / catalogue réalisé sous la direction de Célia Bernasconi / [préf. de Jean-Claude Guibal, Pierre Bergé, Dominique Paini]. - Heule : SnoeckPublishers, 2011
  • Musée Jean Cocteau : collection Séverin Wunderman Menton / Dominique Païni. - Connaissance des Arts, 2012
Site du musée Jean Cocteau, collection Séverin Wunderman

http://museecocteaumenton.fr/

Renseignements pratiques

 

Musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman
2, quai de Monléon - 06500 MENTON
Tel.: +33 (0)4 89 81 52 50

Horaires

Ouvert tous les jours de 10h00 à 18h00 sauf les mardis et le 1er janvier, le 1er mai, le 1er novembre et le 25 décembre.

Tarifs

musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman, musée du Bastion et exposition temporaire : 8€

Tarif réduit : 6 €
étudiants, enseignants, familles nombreuses et personnes de plus de 65 ans.

Demi-tarif : 4 €
partenaires professionnels (office de tourisme de Menton, comités d’entreprises, hôteliers) et groupes d’individuels à partir de 10 personnes.

Gratuité
moins de 18 ans, demandeurs d’emploi, personnes handicapées, et pour tous, le premier dimanche de chaque mois.