La vie et l’œuvre de Francis Ponge

Folio PDF Sp@ce

Né en 1899 à Montpellier, Francis Ponge est un des plus grands poètes du XXe siècle.Dès 1923, il décide de se consacrer à l’écriture mais sa renommée commence avec la publication en 1942 de  Le parti pris des choses. La reconnaissance du milieu littéraire français n’arrive que dans les années 1980. Installé au Bar-sur-Loup en 1961, il y est décédé en 1988. Un fonds de 143 livres de Francis Ponge a été offert par sa fille à la bibliothèque communale de Bar-sur-Loup.

Localiser

Agrandir
Les premières années

Les premières années

 « Mon père avait, dans sa bibliothèque, le Littré, qui a une si grande importance pour moi, où j’ai trouvé un autre monde, celui des vocables, des mots, mots français bien sûr, un monde aussi réel pour moi, aussi faisant partie du monde extérieur, du monde sensible, aussi physique pour moi que la nature, [...].

 

27 mars 1899 : Naissance de Francis Ponge à Montpellier dans une famille protestante, aisée et cultivée. Son père dirige l’agence du Comptoir national d’escompte. De 1900 à 1909, la famille s’installe à Avignon. Enfance passée entre villégiatures et jeux avec sa sœur cadette Hélène dans une grande maison familiale.

1909 : La famille déménage à Caen en Normandie. Scolarité de la 6ème à la philo. Les  professeurs décrivent Francis Ponge comme brillant mais dissipé.

1913 : Premiers voyages hors de France : Belgique, Hollande, Ecosse, Angleterre puis Allemagne.

1914 : La guerre éclate, s’intéresse à la politique.

1916 : Hypokhâgne à Paris, lycée Louis-le-Grand. Publie son premier sonnet dans le numéro 4 de la revue Le presqu’île.

1917 : Première année de droit et de licence de philosophie. Recalé à l’oral l’année suivante.

Mobilisé à Falaise, dans l’infanterie. Se révolte et finit en prison. Ecrit « la Promenade dans nos serres ».

1919 : Militaire étudiant à Strasbourg : prépare l’Ecole normale supérieure. Recalé à l’oral de philosophie. Démobilisé, il s’installe à Paris et s’inscrit au Parti Socialiste. Il rompt avec sa famille et mène une vie de bohême.

La bohème, manifeste politique

La bohème, manifeste politique

Dans un entretien avec André Breton et Pierre Reverdy, à la question : Quelle est l’intention du poète ? Il répond : « Nous avons choisi la misère afin de vivre dans la seule société qui nous convienne ».

1921-1922 : Publie Esquisse d’une parabole, apologue socialiste, Fragments métatechniques et trois Satires. Travaille à la NRF. Se lie d’amitié avec Jean Paulhan.

1923 : Mort du père. Francis Ponge quitte la NRF et se consacre à l’écriture. Réfléchit et écrit sur la raison d’écrire, une manière de résister.

1924 : Voyage en Italie

1929 : Rencontre sa femme Odette Chabanel qu’il épouse 2 ans plus tard. Rompt avec Jean Paulhan qui refuse la publication d’un texte politique.

1930 : Se rapproche des surréalistes. Publications.

1931-1937 : Travaille aux Messageries Hachette pour gagner sa vie.

1935 : Naissance de sa fille Armande. Publications dans la revue Mesures

1936 : Responsable syndical CGT.

1937 : Adhère au Parti Communiste. Hachette le licencie. Chômage.

1938 : Gagne sa vie en travaillant dans les assurances.

Le laboratoire verbal

Le laboratoire verbal

 « J'ai besoin du magma poétique mais c'est pour m'en débarrasser.
Je désire violemment (et patiemment) en débarrasser l'esprit. C'est en ce sens que je me prétends combattant dans les rangs du parti des lumières, comme on disait au grand siècle (XVIIIème) »

1938-1948 : Début du laboratoire verbal : Francis Ponge invente un nouveau type de composition, qui prend la forme d’un chantier permanent où se côtoient recherche de mots, tentatives d’écriture. A découvrir dans Notes prises pour un oiseau, Le carnet du bois de pins, L’œillet, Le verre d’eau.

Ces textes, sauf Le verre d’eau sont publiés dans un recueil au titre évocateur  La rage de l’expression.

1939 : Le recueil Le parti pris des choses est prêt. La guerre retarde sa publication.  Est mobilisé. Ecrit  Souvenirs interrompus.

1941 : travaille pour le Résistance. Participe au journal clandestin Le Progrès de Lyon. Rencontre des poètes : Joë Bousquet, Paul Eluard, Jean Torel.

1942 : Entre au Progrès de Lyon. Publication d’une œuvre majeure : Le parti pris des choses.

 Le Parti pris des choses célèbre avec humour le monde muet auquel il "rend la parole". Les "choses" de Francis Ponge sont aussi bien des objets naturels ou ordinaires et délibérément anti-poétiques, comme "La Mousse", "La Cigarette", "Le Cageot", que des phénomènes physiques ("Le Cycle des Saisons") ou des êtres humains figés en stéréotypes ("Le Gymnaste"). 

Extrait : Le cageot

A mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie.
Agencé de façon qu'au terme de son usage il puisse être brisé sans effort, il ne sert pas deux fois. Ainsi dure-t-il moins encore que les denrées fondantes ou nuageuses qu'il enferme.
A tous les coins de rues qui aboutissent aux halles, il luit alors de l'éclat sans vanité du bois blanc (…)

1943 : Rencontre Albert Camus. Début des Proêmes. Fréquente le milieu artistique des peintres, rencontre Picasso, Dubuffet, Fautrier…Correspondance avec Albert Camus au sujet du Mythe de Sisyphe.

1944 : Retour à Paris libéré. Les difficultés matérielles continuent. Aragon propose à Francis Ponge la direction des pages littéraires d’Action,  journal communiste. Le poète quitte le journal en 1946 et rompt avec le parti communiste, pour des raisons de « sectarisme intellectuel ».

1947 : Part en Algérie. Jean Paul Sartre s’intéresse à l’approche de la poésie de Francis Ponge.  Ecrit une étude sur le parti pris de choses : l’Homme et les choses.

1944-1952 : Les conditions de vie de Francis Ponge sont toujours précaires. Vend une partie de sa bibliothèque mais fréquente les grands artistes de son temps : Braque, la revue Giacometti, Germaine Richier… Textes sur l’art, publiés dans Lyres.

1952 : Conférences en France et à l’étranger. Publie La rage de l’expression.

Extrait : Le mimosa (La rage de l’expression, 1952)

Sur fond d'azur le voici, comme un personnage de la comédie italienne, avec un rien d'histrionisme saugrenu, poudré comme Pierrot, dans son costume à pois jaunes, le mimosa. Mais ce n'est pas un arbuste lunaire : plutôt solaire, multisolaire…Un caractère d'une naïve gloriole, vite découragé.Chaque grain n'est aucunement lisse, mais formé de poils soyeux, un astre si l'on veut, étoilé au maximum.Les feuilles ont l'air de grandes plumes, très légères et cependant très accablées d'elles-mêmes ; plus attendrissantes dès lors que d'autres palmes, par là aussi très distinguées. Et pourtant, il ya quelque chose actuellement vulgaire dans l'idée du mimosa ; c'est une fleur qui vient d'être vulgarisée.… Comme dans tamaris il y a tamis, dans mimosa il y a mima.

1952-1964 : Professeur à l’Alliance française.

La consécration

La consécration

Malherbe « sait exactement (...) doser (ses éloges), et ne dire que ce qu'il veut dire. Il sait ce qu'il fait. Dire, pour lui, c'est faire. Tout discours est par nature destiné à l'échec (parce que le langage ne permet pas une "expression" satisfaisante) mais en même temps tout discours peut potentiellement fonctionner ou plaire. »

1956 : Début de la consécration du poète. Hommage dans la NRF.

1961 : Publication du Grand Recueil en 3 volumes : 1- Lyres, 2- Méthodes, 3- Pièces. Achat avec la vente d’un dessin de Seurat et d’un tableau de Dubuffet du Mas des Vergers à Bar sur Loup.

1965 : Publication d’un essai  Pour un Malherbe. Cet écrivain est un véritable maître à penser pour Francis Ponge.

1971 : Publication de La fabrique du Pré  aux éditions Skira

1974 : Prix international de Littérature Books Abroad Neustadt

1981 : Prix national de poésie.

1984 : Grand prix de poésie de l’Académie française.

1985 : Prix de poésie de la Société des gens de lettres

1986 : Publication de la correspondance avec Jean Paulhan

1988 : Mort à Bar-sur-Loup

1999 et 2002 : Publication des œuvres dans la Pléiade.

Conclusion

Conclusion 

L’œuvre de Ponge est tout sauf romantique (inspirée par une muse) ou surréaliste (écriture automatique). Au plus fort de la confusion sur le sens de son œuvre, et tandis qu'il bataille pour la publication des Proêmes, Ponge écrit avec quelque agacement :« Le jour où l'on voudra bien admettre comme sincère et vraie la déclaration que je fais à tout bout de champ que je ne me veux pas poète, que j'utilise le magma poétique mais pour m'en débarrasser, que je tends plutôt à la conviction qu'aux charmes, qu'il s'agit pour moi d'aboutir à des formules claires, et impersonnelles, on me fera bien plaisir, on s'épargnera bien des discussions oiseuses à mon sujet. » (Proêmes)

Bibliographie et sources

Bibliographie et sources

Bibliographie :

- Douze petits écrits, 1926
- Le Parti pris des choses, 1941
- Liasse, 1948
- Le Peintre à l’étude, 1948
- Proêmes, 1948
- L’Araignée, 1952
- La Rage de l’expression, 1952
- Le Grand Recueil, I. Lyres (1961), II. Méthodes (1961), III. Pièces, 1961
- Pour un Malherbe, 1965
- Nouveau recueil, 1967
- Le Savon, 1967
- La Fabrique du pré, 1971
- L’Atelier contemporain, 1977
- Comment une figue de Paroles et pourquoi, 1977
- L’écrit Beaubourg, 1977
- La Table , 1982
- Nioque de l’avant-printemps, 1983
- Petite suite vivaraise, 1983
- Pratiques d’écriture ou l’inachèvement perpétuel, 1984
- Nouveau nouveau recueil, 1992
- Correspondance avec Jean Paulhan, 1992
- Correspondance avec Jean Tortel, 1998
- Lettres à Jean Thibaudeau, 1999
- Œuvres complètes, édition publiée sous la direction de Bernard Beugnot, Gallimard, La Pléiade, 2 volumes, 1999 et 2002.
- Picasso évidemment, 2005.
- Pages d’atelier, 2005

Sélection pour les collégiens 

- Francis Ponge un poète/Bernadette Gromer ; Gallimard jeunesse (Folio junior en poésie) ;  2002

- Francis Ponge : Le Parti pris des choses suivi de Proêmes ; Gallimard (Poésie) ; 2006

Sites Internet

http://poezibao.typepad.com

www.fichesdelecture.com/auteur/152-ponge

Tout près de Nice, visitez Bar sur Loup, village de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis  

17 septembre 2008, Nice Matin.

"À travers une production littéraire dense, l'auteur s'est employé à faire résonner les mots, et ces ouvrages qui marquent chaque étape de sa vie viennent d'être offerts par sa fille à la bibliothèque communale de Bar-sur-Loup, où il s'est éteint en 1988. Un fonds de 143 livres écrits par Francis Ponge en rapport avec son oeuvre, dans notre langue et beaucoup d'autres... A l'occasion de ce don, la commune lui a rendu hommage."

Autres personnages célèbres de Bar sur Loup :

- Célestin Freinet : né à Gars, nommé instituteur à Bar sur Loup en 1919, mort à Saint Paul de Vence en 1966

- L’Amiral de Grasse né au Château de Bar sur Loup en 1722, mort à Paris en 1788