Le Musée Océanographique de Monaco

Folio PDF Sp@ce

Édifié à flanc de falaise et s’élevant à plus de 85 m au dessus du niveau de la mer, le musée Océanographique de Monaco est un établissement entièrement dédié à la mer et à la recherche océanographique.Construit entre 1899 et 1910 à l’initiative du Prince Albert Ier de Monaco,  surnommé le « prince navigateur », le musée avec près de 6500mouverts au public, propose une véritable immersion et sensibilisation à la découverte du monde marin au travers de ses nombreux aquariums, d’une importante collection d’histoire naturelle, d’expositions temporaires et de nombreuses activités éducatives. 

Localiser

Agrandir
La genèse du musée 

Albert Ier de Monaco

Attiré par les sciences et les voyages dès son plus jeune âge, le Prince Albert Ier  (1848-1922) consacra une grande partie de sa vie à l’étude des océans. Après une formation militaire et maritime, il acquiert son premier navire en 1873 L’Hirondelle, à bord duquel il effectue plusieurs croisières. Encouragé par le professeur Milne-Edwards, alors directeur du Muséum d’histoire naturelle de Paris, il s’engage en 1884 dans une carrière océanographique. Il entame ses premières campagnes d’exploration scientifique dès 1885 en Méditerranée et dans l’Atlantique ; en tout c’est 28 expéditions qui vont se succéder entre 1885 et 1915. 

Lors de l'exposition universelle de Paris, en 1889, ses collections scientifiques, présentées au Pavillon de Monaco, suscitent un immense intérêt. Le Prince nourrit alors le projet d'un Musée océanographique qui lui permettrait de présenter, de réunir et d’étudier les collections rapportées au fil de ses différentes campagnes d’exploration scientifique, mais aussi de favoriser l’essor de l’océanologie et de diffuser ainsi les nouvelles connaissances sur la mer.
En 1906, il décide de créer la fondation Albert Ier ; celle-ci sera constituée de deux établissements, l’Institut océanographique, à Paris, pour les enseignements des sciences de la mer, et le musée Océanographique de Monaco, pour la présentation des collections et la sensibilisation du grand public. 

La construction du musée

 

Un emplacement, à proximité des jardins Saint-Martin, est déterminé pour l’implantation du futur musée. Souhaitant maintenir l’intégrité des jardins, le choix se porte sur le terrain de la Poudrière et de l’ancien musée de Monaco, à l’extrémité est des jardins, un site à forte déclivité, où le rocher tombe à pic dans la mer.

Le projet est complexe, le futur musée doit répondre à une triple vocation : conserver les collections scientifiques, accueillir les chercheurs et sensibiliser le public. La conception du bâtiment est confiée à l’architecte Paul Delefortrie.

Implanté sur la falaise abrupte du rocher, le musée constitue l’un des édifices les plus imposants et monumentaux de Monaco. Celui-ci se développe sur près de 100 m de large et s’élève depuis le niveau de la mer à plus de 85 m de haut. Il est fait essentiellement de pierres blanches provenant de La Turbie. De par l’emplacement choisi, sa construction nécessitera plus de 11 années de travaux.

Toute l’ornementation, en façade comme à l’intérieur des salles, a pour thème la mer ; les décorations représentent des créatures marines, des scènes maritimes ou encore diverses figures symboliques du monde marin.

La première pierre est posée en avril 1899 ; le musée est inauguré le 29 mars 1910, suivi le 23 janvier 1911 de l’inauguration de l’Institut océanographique, devenu depuis « maison des océans » à Paris. 

Entre 1900 et 1945, le premier directeur du musée est le docteur Jules Richard, collaborateur du Prince Albert Ier. Le commandant Jacques-Yves Cousteau dirigera l’établissement de 1957 à 1988, perpétuant la tradition des expéditions maritimes à bord de la célèbre Calypso

Le musée aujourd’hui 

Les aquariums : véritables collections vivantes

L’aquarium du musée est l’un des plus anciens au monde ; dès 1903, avant même l’inauguration, poissons et invertébrés étaient déjà maintenus dans des bassins en ciment. En 1931 des poissons tropicaux sont présentés pour la première fois en Europe.

Au fil des années, le musée Océanographique s’est doté d’un vaste aquarium de renommée mondiale.

Il sera le premier à développer des aquariums contenant des paysages sous-marins où la faune est présentée dans un cadre aussi proche que possible du milieu naturel. Le musée présente plus de 6 000 spécimens dans leur milieu naturel fidèlement reconstitué, regroupés dans 90 bassins. Il est possible de découvrir plus de 400 espèces de poissons, 200 espèces d’invertébrés et une centaine d’espèces de coraux élevés dans la ferme à corail de l’aquarium. 

La faune des aquariums méditerranéens constituée par le musée, est, à ce titre, considérée comme une collection de référence, avec une centaine d’espèces de poissons sur les 650 répertoriées en Méditerranée.

Le musée présente également de nombreuses espèces provenant des mers tropicales. Le grand aquarium de 400 000 litres, le « lagon aux requins », présente des espèces extraordinaires, requins, mérous, raie, tortue, ainsi qu’une multitude de poissons tropicaux et de coraux vivants. Reconstituant fidèlement un écosystème, il offre une vision de la vie du récif grandeur nature.

Les missions scientifiques du musée

Au delà de son rôle de découverte et d’éducation, l’aquarium du musée s’investit dans des programmes de reproductions, de recherches et de conservation  des espèces. Ces programmes permettent de limiter les prélèvements en milieu naturel, notamment des espèces menacées comme les hippocampes ou encore les poissons clowns. Aujourd’hui grâce à des techniques avancées issues de l’aquaculture marine, ce sont plus de 30 espèces de poissons et d’invertébrés qui naissent en captivité.

L’aquarium se mobilise régulièrement pour la sauvegarde des animaux marins en difficulté comme la tortue ou le mérou, qui sont recueillis  à l’aquarium afin d’y être soignés puis relâchés dans leurs milieu naturel respectifs.

Depuis sa création en 1960 par le Prince Rainier III, le Centre Scientifique de Monaco est hébergé par le musée.

Les travaux de recherche sur les récifs coralliens sont une référence mondiale. L’aquarium a, en effet,  joué un rôle précurseur dans la présentation et la maintenance des coraux bâtisseurs de récifs.

Par ces différentes actions et missions, le musée s’inscrit dans la sauvegarde et la gestion durable des milieux naturels des espèces.

La science et l’art

Dès la création du musée, l’objectif d’associer art et science est manifeste, Albert Ier exprime la volonté d’un musée qui accueillerait « deux forces directrices de la civilisation : l’Art et la Science1». Les collections du musée témoignent de cette union réussie. Le musée est riche de multiples collections liées à l’histoire naturelle ou à l’art dont la mer est toujours le point commun.

Les collections d’Histoire naturelle

La grande majorité des collections du musée provient des différentes campagnes scientifiques réalisées par le Prince Albert Ier. Ce sont plusieurs dizaines de milliers de pièces qui ont été récoltées au cours de ces campagnes et expéditions, parmi lesquelles se trouvent de très nombreux types, c’est-à-dire des spécimens grâce auxquels les scientifiques ont pu décrire des espèces nouvelles.

Ces collections sont depuis complétées et enrichies continuellement par le biais de dons et d’acquisitions.

Au premier étage du musée, les salles d’expositions permettent de découvrir la richesse de ces collections.

La salle de la Baleine présente un ensemble de squelettes de mammifères marins, dont l’imposant squelette de près de 20 m de long d’un rorqual commun échoué en 1896 sur la côte ligure. Sur le pourtour de la salle sont exposés des spécimens d’histoire naturelle et fossiles de poissons.

Outre les spécimens d’Histoire naturelle qui constituent un fonds historique unique, ces collections contiennent de nombreux objets : instruments de collectes et de mesures, objets relatifs à l’exploration sous-marine, tableaux et dessins naturalistes, objets ethnographiques, objets d’art comme le « lustre Méduse », maquettes, photographies, films.

La salle Albert Ier propose une exposition historique retraçant l’œuvre océanographique du Prince, et reconstitue une partie du véritable laboratoire de l’Hirondelle II, le dernier navire d’Albert Ier avec ses meubles d’origine et instruments scientifiques. 

L’art contemporain

Depuis 2010 des expositions d’art contemporain sont présentées et organisées en partenariat avec le Nouveau Musée National de Monaco.

À l’occasion du centenaire de sa création, le musée océanographique a présenté une exposition de l’artiste Damien Hirst « Cornucopia » , plus de soixante œuvres ont été présentées, peintures, squelettes préhistoriques, animaux marins contenus dans le formol, dont un grand requin blanc installé dans l’entrée du musée.

L’année suivante, l’artiste américain Mark Dion crée pour le musée le plus grand cabinet de curiosités du monde marin de près de 18 m de hauteur. Le cabinet s’est depuis installé de manière permanente au musée.

À l’intérieur des vitrines d’exposition sont présentées fossiles, squelettes, maquettes ou encore livres précieux.  Parmi les pièces majeures de cette installation, figure un ours blanc naturalisé originaire du Groenland. 

[1] Extrait du discours du Prince Albert Ier le 29 mars 1910, jour de l’inauguration du Musée Océanographique. 

Conclusion

Le musée océanographique est depuis plus de 100 ans, un élément majeur de l’identité monégasque et participe pleinement à son attractivité et à son rayonnement tant sur le plan économique, scientifique et touristique. Il se veut être un lieu d’information et de médiation entre les recherches scientifiques et le grand public.

À la fois témoin et acteur des grandes avancées de l’océanographie moderne et de l’actualité de la mer, il mène à bien ses missions de conservation, de recherche et d’éducation avec pour volonté de faire découvrir le monde marin au public le plus large possible et préserver durablement la diversité marine. 

Renseignements pratiques

Av. St-Martin. MC 98000 Monaco
Accueil : + 377 93 15 36 00
Email : musee@oceano.mc

https://www.oceano.mc/

Horaires :

D’octobre à mars : 10h-18h
D’avril à juin : 10h-19h
De juillet à août : 9h30-20h
Septembre : 10h-19h

Tarifs :

Adultes : 14,00 €
Enfants  (4-12 ans) : 7,00€
Jeunes / Etudiants (13-18 ans) : 10,00€
Personnes à mobilité réduite (adultes et enfants) : 7,00€              
Enfants de moins de 4 ans : Gratuit